Chili Popcorn Time

Séance photo à Valparaiso

25 avril 2016

“Si nous parcourons tous les escaliers de Valparaiso, nous aurons fait le tour du monde”. Pablo Neruda.

 

Après avoir récupéré Adri et Anne à Santiago, nous avons directement filé vers Valparaiso avec notre Renaud Symbol. C’est certain, notre road-trip ne pouvait faire l’impasse de cette ville. Nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre mis à part le fait que chaque personne qui se rendait dans cette ville en repartait ému. La ville de Valparaiso restera à jamais dans leur mémoire. Ce curieux phénomène nous a bien plu et en même temps nous étions un peu frileux car après 7 mois de voyage, il arrive que certaines villes touristiques nous paraissent trop surfaites.

Mais une fois entrés dans la ville, ce sentiment s’évapore immédiatement. Ici, c’est le fief des artistes et bohèmes en tout genre. Pas de chichi qui tienne, la saleté, les locaux abandonnés, les chiens errants et les tags et street-art font partie du décor ambiant. On ne se souvient pas avoir vu une seule parcelle de mur non taguée. Et pourtant nous avons parcouru les moindres “cerros” de la ville (= quartiers). Parfois stylisés, parfois moins, une chose est sûre, Valparaiso est une des villes les plus colorées que l’on ait vu. La liberté d’expression règne en maître ! On vous divulgue un diaporama de nos précieuses découvertes (faites défiler les photos ci-dessus) mais la meilleure chose que vous ayez à faire, c’est de venir vous en rendre compte par vous-même…

Nous avions deux jours sur place à Valparaiso et nous aurions aimé y passer davantage de temps encore pour nous imprégner de l’atmosphère ambiante :

 

 

Se perdre dans les ruelles de Valparaiso

S’il y a bien une seule et unique chose à faire dans Valparaiso c’est de marcher. Valparaiso n’est pas une ville de tout repos car il faut monter, descendre, monter, descendre et ce sans cesse dans les moindres recoins de la ville pour ne pas en perdre une miette. C’est souvent dans ces moments là que la magie opère et qu’on tend à toucher le sens de cette ville. Attention, souvent le soleil sort le bout de son nez vers 12h. Avant, la ville est un peu brumeuse… Nul besoin donc d’être trop matinal :
Le “Passage Bavestrello” et son escalier coloré. Il est bon de s’y asseoir un instant pour contempler les moindres détails de ses tags artistiques.
L’intersection entre la rue “Almarante Montt” et la rue “Urriola”. Des rues pavées, des terrasses ou cafés, de la couleur plein les yeux… Serait-ce le Montmartre du Chili ?
– Non loin de là, un peu plus en hauteur, se trouve le fameux tag : “we are not hippy we are happy“. On vous laisse le soin de partir à sa recherche..
le “Passage Gálvez” : une mini-ruelle taguée de toute part qui serpente en hauteur. Une fois que nous l’avions déniché par hasard, nous y sommes repassés à plusieurs reprises pour être sûrs que nous ne l’avions pas juste “imaginée”.



Possibilité de suivre un guide de rue. Des jeunes de Valparaiso, habillés en “Où est Charlie”, proposent chaque jour 2 visites guidées à travers la ville. Le prix se fait “au chapeau” comme on dit. De notre côté, nous avons préféré faire notre propre vision de la ville, mais ça peut peut-être vous intéresser. Retrouvez-les à 10h et 15h sur la Plaza Sotomayor (en rouge et blanc).
“Hiperfocal Valparaiso” : Dans une rue calme avec des petits arbres à fleurs, un photographe met des photos en noir et blanc sur toile. Le rendu est assez chouette. Rue “Lautaro Rosas” au n° 392.

 

 

Ne pas chercher à tout prix à découvrir le “Musée à ciel ouvert”…

“Le musée à ciel ouvert“, n’est autre que la découverte de 20 street-art reconnus depuis des années à Valparaiso. Le souci c’est qu’ils ont un peu mal vieillis et qu’ils ne valent pas du tout les autres tags moins connus de la ville. Nous avons perdu notre temps à chercher ces 20 street-art et nous en sommes plus déçus qu’autre chose. Mieux vaut préférer se perdre dans les passages et ruelles évoquées précédemment.

 

 

Prendre un funiculaire d’antan

La ville de Valparaiso est située sur une colline et pour gravir jusqu’à certain “cerro” (= quartier) il faut parfois de bon mollet et une petite bouteille d’eau. Ça grimpe sévère ! Il existe donc dans certains endroits de la ville, des funiculaires datant de l’époque, pour faciliter les montées des habitants. Allez, faites-vous un petit plaisir :). De notre côté, nous avons choisi de prendre “l’Ascensor Reina Victoria” juste pour le folklore et forcément, nous n’avons pas pu nous empêcher de sourire lorsque le funiculaire s’est mis en route ! De vrais gamins ! Le petit café situé juste à l’arrivée de ce funiculaire est d’ailleurs très mignon (si vous passez par là).

 

 

Monter sur les hauteurs de Valparaiso

Valparaiso est une ville qui monte sans fin. Prenez votre courage à deux mains et tentez d’atteindre au moins le musée des Beaux Arts (le Palacio Baburizza) à côté du passage “Yugoslavo” pour avoir une vue grandiose qui surplombe la ville avec la mer à perte de vue. Ça nous a chauffé les cuisses et rosi un peu les pommettes mais au final on était bien content de se trouver là. On a d’ailleurs poussé davantage encore pour se faire une pause sandwich parfaite !
Sinon, vous pouvez aussi vous rendre sur le “Mirador 21 de Mayo”, au bout de la rue “Artilleria”. Nous avions la chance de dormir juste à côté (on vous donne les infos en bas de page dans “Dormir à Valparaiso”).



Faites juste un peu attention à vos appareils photo car certains locaux nous ont prévenu du risque potentiel. Nous n’avons eu aucun souci mais on préfère vous le dire au cas où.

 

 

Voir les quartiers de Valparaiso en bateau ? Mouais… Pas terrible

On nous avait parlé de la possibilité de voir la ville de Valparaiso depuis un petit bateau. Celui-ci part du “Muelle Pratt” et longe toute la baie jusqu’au “Muelle Barron” avec des commentaires en prime (en chilien). Vous ne verrez que la ville de très loin avec la désignation des quartiers au fur et à mesure. Un peu léger tout de même pour une visite. Par contre si vous êtes un fan de bateau, à la fin ils passent à côté de bateaux de l’armée et de bateaux marchands qui arrivent au grand port de Valparaiso. Franchement, si c’était à refaire, nous ne le ferions pas et passerons davantage de temps de la ville… C’est vous qui voyez…



Bateau : 3000 pesos par personne.
Paseo colectivo : muelle pratt – muelle barron

 

 

Découvrir le monde de Pablo Neruda et sa maison étrangement coquette

Pour le coup, nous recommanderions plus qu’une fois la visite de “La Sebastiana”. Il s’agit d’une des maisons du poète Pablo Neruda, inaugurée en 1961 qui surplombe la ville de Valparaiso. Le nom de “La Sebastiana” n’est autre qu’un hommage en honneur du premier architecte de la maison : “Sébastian Collado”. Construit sur 4 étages, c’est une maison à la fois coquette, originale et lumineuse. Si vous aimez l’architecte espagnol Gaudí, vous ne pourrez qu’être touché par “La Sebastiana”. L’univers du poète chilien s’y dégage et l’architecture intérieure nous amène à penser tel un poète… Nous avons vraiment apprécié ce voyage dans l’univers de Pablo Neruda.



Maison de Pablo Neruda : “La Sebastiana”, rue Ferrarri au n°692.
Prix : 2000 pesos chilenos pour les étudiants et 6000 pesos chilenos tarif normal. Audio guide inclu (en français, anglais, espagnol).

 

 

Goûter à une “Cazuela de Vacuno”

Il existe peu de spécialités culinaires au Chili mais s’il y a bien une chose à goûter au moins une fois dans le voyage c’est la “Cazuela de Vacuno” (on vous explique ce que c’est dans l’article “Bon à savoir” au Chili). C’est un plat typique chilien genre pot-au-feu, qui réchauffe quand il fait froid et qui tient bien au corps quand on a faim (un plat familial quoi). Nous avions eu vent d’un restaurant à Valparaiso dont la spécificité était la quantité : “La Moneda de Oro”. Avec Adri et Greg à bord du road-trip, on ne pouvait faire l’impasse sur ce restaurant. Après coup, ce fut la meilleure Cazuela que nous n’ayons jamais goûté au Chili et surtout… la plus grosse. Même les deux ogres ont eu du mal à finir… Même si les prix sont un poil chers, on en a vraiment pour notre porte-monnaie car on ressort de là avec un ventre bien dodu. Heureusement qu’il nous reste encore des escaliers à monter pour faire passer tout ça :)



La Moneda de Oro” : 1252 rue O’Higgins. Sur la place “Plaza Pinto”

 

 

Dormir à Valparaiso

Pour notre séjour à Valparaiso, comme nous ne voulions pas nous prendre la tête pour le début du road-trip, nous avions réservé à l’avance un petit hôtel sympathique (Hotel Ostello Valparaiso) situé en bout de ville, dans les hauteurs, à côté du “Mirador 21 de Mayo”. L’hôtel était charmant. Il ressemblait à un grand appartement avec de grandes chambres lumineuses, des proprio au petit soin et une vue imprenable sur la baie de Valparaiso. On vous file donc l’adresse car en plus de cela, il n’était pas très cher !



Hotel Ostello Valparaiso : rue Artilleria au n°341.
Prix : 21€ Par nuit pour 4 personnes avec petit déjeuner inclu (sandwich, fruit, cake, thé, café).

Voilà 2 jours que nous sommes à Valparaiso et il faut déjà repartir car Adri et Anne n’ont que 2 semaines de vacances au Chili. C’est sûr, un jour nous reviendrons te voir, toi, Valparaiso, ville de la bohème. Maintenant, direction plein sud pour découvrir ce qui se trame entre Santiago et Pucón… La suite du road-trip continue !!!

Ça risque de vous plaire aussi !

3 Commentaires

  • Répondre Olivier Goupillon 25 avril 2016 à 11 h 51 min

    J’adore !!! Toutes vos photos donnent très envie de se perdre et de déambuler dans Valparaiso .
    J’aime beaucoup la photo avec le chien couché dans l’escalier multicolore .
    ” We are not hippies, we are happies “

    • Répondre Les Bloup Trotters 6 mai 2016 à 19 h 18 min

      Merci beaucoup pour le compliment. Tu devrais vraiment y aller un de ces jours car c’est d’autant plus sympathique lorsqu’on s’y promène et que la magie bohémienne arrive.. :)

  • Répondre Olivier Goupillon 25 avril 2016 à 14 h 38 min

    J’adore !!! Très jolies photos qui donnent envie de se perdre er de déambuler dans Valparaiso .
    J’aime beaucoup la photo avec le chien couché dans l’escalier multicolore .
    We are not hippies, we are happies !

  • Laisser une réponse

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Partager cet article avec un ami