Chine

Xi’an et ses célèbres soldats enterrés

22 septembre 2015
soldats enterrés de xian

Afin d’économiser de l’argent et une journée de visite, on a eu la bonne idée de faire la trajet Pékin-Xi’an en train de nuit pendant 13h et assis… (Vous pouvez lire cette « joyeuse » aventure juste ici).
Et bien oui, après une semaine pékinoise, il était temps de rejoindre notre 2ÈME ÉTAPE : Xi’an (Capitale de la région du Shaanxi). Pour voir nos tronches à Xi’an, c’est par ici.

Clairement, arriver dans une ville inconnue, courbaturés de partout, avec 3h de dodo à son actif et entourés d’une fourmilière de Chinois à 8h du matin… On ne le ferait pas tous les jours (même si on en rigole bien). Après quelques refus de taxi et vélo-bicyclette-minibus (oui oui ça fait presque les trois), on se met à marcher en direction de notre nouvel hôtel, situé dans une tour de 32 étages !!!!

Exténués, c’est une « journée repos » qui nous attend avant de reprendre de plus belle notre rythme de vadrouilleurs professionnels. (« On va pas forcer le talent » comme dirait Greg).
La ville de Xi’an est un point stratégique pour aller voir l’armée enterrée de l’Empereur Qin (On prononce « tchin ». Désormais à chaque fois que vous trinquerez, une pensée s’envolera vers lui), ou encore défier le Mont Hua. Mais à part ça, Xi’an c’est d’un côté, beaucoup de tours et une sorte de halo gris constant qui flotte au-dessus de la ville (mais cela ne nous regarde pas). De l’autre, son cœur de ville, entouré par des remparts et son brouhaha quotidien. Forcément, avec presque 8,5 millions d’habitants, ça commence à faire du monde…

 

ATTENTION : pour visionner toutes les images, n’hésitez pas à faire défiler les « sliders », en cliquant sur les petites flèches blanches situées sur le côté de chaque image. Ça se serait dommage d’en perdre une miette !

 

Se prendre pour l’Empereur Qin, face à L’armée enterrée

 

Pour la visite, on est bien discipliné, on a suivi le Routard et c’est vrai que grâce à ce bon vieux guide, on a eu droit à un effet crescendo de ohhh, wouuaaaaahhh, enooooorrme !!! Pour la petite histoire, l’Empereur Qin Shi Huangdi a souhaité mourir au côté d’une armée entière. Tout en simplicité et modestie bien sûr, ceci était dit, ceci étant fait !

On commence notre visite vers les chars en bronze puis la fosse n°2, suivie par la fosse n°3. L’entrée dans le hangars n°2 nous a vraiment impressionné, on ne dirait pas comme ça de dehors mais c’est juste immense… Soudain, en s’approchant de la fosse : RIEN, enfin pas grand chose (ah bah non ça va pas recommencer, on nous aurait menti ?). En regardant de plus près on aperçoit quelques vestiges mais rien à voir à côté de la fosse n°3 et surtout de la fosse n°4.

Une seconde impression d’immensité nous envahie dans ce dernier hangars, mais on se calme avant d’avoir vu le fond de la fosse. On ne veut pas subir un 2ème ascenseur émotionnel ! Et là… Ils ont tous répondu à l’appel : 1000 soldats de grandeur nature (il y en aurait 6000 en tout) nous regardent en bas dans la fosse, tous très bien rangés et comme immortalisés dans le temps. Une sensation de pouvoir se dégage, comme si en un claquement de doigts nous allions les mener au combat « Chargeeeeez !!! ». Nous sommes ressortis de là plutôt pas mal impressionnés !

Le petit plus de la visite : Chirac a sa petite photo à côté de l’armée tout comme Schwarzy ! Et nous ? Et bien on a une photo avec un gros Chinois, qui nous a encore une fois obligé de prendre un « selfie army » avec lui… Décidément !
Infos pratiques :
Terracota army
Bus 914 pour vous y rendre depuis Xi’an : entre 9 et 10 yuan par personne (selon le Routard ce serait plus 7-8 yuan mais nous n’avons pas eu le loisirs de négocier… Si vous pouvez, essayez mais c’est pas gagné…). Même prix pour le retour. Vous le prenez à l’Est de la station de train de Xi’an et on vous indiquera quand descendre pour voir l’armée (ça nous a pris 1h environ).
Entrée du musée : 150 yuan par personne. C’est pas donné mais ça vaut le détour ! Pas de réduction possible, même avec un sourire.

 

Xi’an est une ville assez grande avec seulement 3 lignes de métro. La fille qui nous loue la chambre nous a signalé à notre arrivée qu’il fallait prendre le bus car il y a un super réseau de bus, mieux que le métro ! Alors si l’on fait abstraction du trafic sans doute, mais vu que Xi’an est une ville où résonne les Klaxons 24/24h, au lieu de mettre 5 minutes de bus on met facilement 20 minutes avec 60 Chinois serrés contre nous ! Puisqu’il faisait nuit, on a loupé notre arrêt de bus et on a dû sortir et revenir sur nos pas : 4km à pied… Nous avons fini par demander notre chemin à quelqu’un car le feeling ça va 2 minutes (surtout lorsqu’on a super faim). Un Chinois s’est arrêté et a tenté de nous aider puis finalement a souhaité nous ramener chez nous avec sa voiture ! Super gentil ce « Ricky » (de son petit nom). Nous échangions par le biais de son application « translate » c’était assez drôle et surtout pratique. Il nous a confié qu’il adorait Sophie Marceau (Donc Sophie si tu nous lis tu as un admirateur Chinois). En prime nous avons fait le chemin dans une grosse Mercedes ! Comme quoi louper son arrêt de bus a parfois du bon !

Après avoir dégusté une soupe et un Roujiamo (sorte de Kebab à la chinoise), nous sommes tombés sur la fameuse gymnastique chinoise du soir. Des femmes d’un certain âge se retrouvent à la tomber de la nuit, toutes en ligne comme pour notre bon vieux Madison et réalisent les mêmes mouvements en même temps. Après une courte hésitation, je me suis mise à les imiter. C’est pas si simple que ça mais à force on trouve le rythme. Je me sentais un peu regardé mais c’était rigolo, je crois qu’elles étaient contentes que j’essaye et Greg a bien ri de ma performance ! Regardez bien à la tomber de la nuit, si vous croisez des femmes en rang dans la pénombre avec une musique qui reste dans la tête, entrez dans la danse ! C’est à faire !

 

Le quartier vivant et animé des « hui »

 

Il s’agit du quartier musulman de la ville. Situé au coeur de la ville, c’est sans doute le quartier qui a le plus de caractère dans Xi’an. Totalement différent des grandes tours du reste de la ville, le quartier « hui » est un ensemble de petites ruelles entrelacées les unes avec les autres. Il est délimité au sud par la tour du Tambour (Drum tower) sorte de temple en hauteur qui devient encore plus beau la nuit tombée lorsque les lumières éclairent les contours de son architecture délicate. La Tour de la Cloche, sa quasi jumelle, a également un certain charme quand vient la nuit.

Le but de la journée étant d’arpenter ce quartier, nous allons nous perdre dans ces nombreuses ruelles, allons là où nos ventres nous mèneront mais aussi en fonction de notre degré d’acceptation du bruit.

Le quartier Hui est en effet connu pour son brouhaha constant qui monte davantage encore en décibels la nuit venue, mais aussi pour ses nombreux restaurants (bouis-bouis) et marchants de trottoirs pour manger les spécialités d’ici.

Pour info, les ruelles les plus connues sont : les rues Beiyuanmen et Xiyang Shi qui nous en ont mis plein la vue et les oreilles. Cependant, nous avons préféré le calme de la rue Maixiang jie plus typique et moins agitée, où l’on semble voire davantage la véritable ambiance du quartier.

Pour préparer notre ascension au Mont Hua, nous n’avons pas résister face aux abricots secs qui peuplaient les étalages aux côtés de nombreux autres fruits secs. Caractéristiques du peuple musulman d’ici, tout comme cette sorte de brioche (étouffe chrétien musulman) qui a un assez bon goût et que Greg finira avec plaisir !

Ici, tous nos sens sont en éveil, nous sommes en alerte à chacun de nos pas. Le midi, nous avons dégusté du Majiang mianpi (pâtes larges et froides avec sauce aux sésames et piquante en plus pour Greg). Plutôt gluant en bouche, le rendu est tout de même fort agréable. Sur notre droite, un jeune homme tire sur une sorte de grosse pâte blanche, pendant que deux autres s’amusent à taper comme des « guedins » sur une planche en bois. En fait, il s’agit du malaxage d’une pâte de nougat et de son applatissage par la suite. Ça fait un boucan d’enfer ! C’est d’ailleurs le son typique de ce quartier car il y a un « atelier nougat » à peu près tous les 5 mètres. Boum Boum Boum Boum…

Le soir, nous sommes repassés par ici pour découvrir la vie nocturne. Si vous n’aimez pas le brouhaha ou la foule, passez votre chemin, mais c’est tout de même à faire ! Tandis que les commerçants, crient de part et d’autres de la rue pour attirer notre regard, une odeur de brochette atteint nos narines. Ce sera calamars pour Greg (Depuis le temps qu’il en voulait une) et oeufs de caille pour moi (oui oui en brochette). On peut aussi déguster des crabes en brochette ou de la viande. Côté dessert, testez sans hésitations les Luomigao, ils cuisent ça à la vapeur et vous remettent une sucette blanche avec la « confiture » de votre choix. C’est très sucré mais troooop bon !

Avant de quitter ce monde agité, nous avons eu la chance de voir des petits cerfs-volants peuplant le ciel. À la manière de guirlandes, accrochés les uns aux autres, ils flottent dans les airs et apportent un peu de quiétude à cette ville qui semble ne jamais s’éteindre.
Levez donc un peu la tête et appréciez…

Infos pratiques :
Rue Beiyuanmen et Xiyang Shi
Et Maixiang jie plus intime qui va jusqu’au parc Lianhu.

 

Le calme de la Grande Mosquée de Xi’an pour méditer

 

La Grande Mosquée de Xi’an fut notre première visite de Xi’an. Elle nous a réconforté car elle nous a permis de voir que oui, Xi’an possédait aussi des endroits reculés, sans personnes avec pour seul bruit : celui des oiseaux.
Malheureusement pour nous, le minaret était en rénovation (bien sûr nous n’avons pas eu de réduction pour ça… bah voyons, quelle idée). Mais le simple fait de se balader dans ce parc aux allées fleuries nous a fait du bien. La grande moquée est située au bout des allées. Autour, les maisons ressemblent aux maisons d’autrefois et l’on passe plusieurs porches en bois de l’époque.
Un passage agréable et nécessaire pour se ressourcer.

Vous pouvez rejoindre les ruelles du quartier Hui, en empruntant les marchés couverts de babioles en tout genre. Il y a de tout et n’importe quoi, beaucoup de contrefaçon sans doute, mais c’est rigolo de voir tout ce qu’ils sont capables de vendre (des coques Iphone jusqu’au livre rouge de Mao écrit en français).
Infos pratique :
Huajue Xiang dans le quartier hui.
Prix : 25 yuan par personne (pas de réduction étudiant)

 

Faire une pause dans l’Ancient Style Folk House

 

Le second Havre de paix du coin est pourtant situé dans la ruelle la plus bruyante du quartier : la rue Beiyuanmen. Mais croyez-nous, une fois passé le porche de l’Ancient Style Flok House, on n’entend plus rien.
Greg a directement tourné à gauche pour s’engouffrer dans ce complexe de maisons typiques de l’époque. Il est tombé sur un petit trésor, sûrement la partie la plus jolie à voir : une sorte d’estrade en bois donnant sur une cours à ciel ouvert, encerclée par des murs en bois également (un peu comme des paravents sculptés en formes géométriques). C’est vraiment joli, nous sommes restés longtemps devant cette estrade sans personne aux alentours.

Il est aussi possible de rentrer dans les maisons et de monter à l’étage. C’est tout petit et poussiéreux mais assez cosy. La magie opère lorsqu’on s’imagine la vie qui habitait ces murs autrefois. Il s’agissait de la demeure de Gao Yuesong, un surdoué qui finit 2ème aux examens impériaux à seulement 12 ans.

Nous avons terminé notre visite par « la dégustation de thés ». Si c’était à refaire, nous zaperions certainement cette option. Ce fut très rapide et la fille qui s’occupait de nous ce jour-ci n’était pas du tout aimable. Espérons que vous ayez plus de chance. Heureusement par contre que les thés dégustés étaient particulièrement bons, surtout le second.
Le premier : un gingseng Oolang tea, apporte de l’énergie.
Le second : un lychee concubine tea (Thé noir), apporte beauté et bonne santé
Donc voilà qui est fait, nous resterons beaux et en bonne santé à jamais !

Infos pratiques :
144 Hao Minju, dans la rue Beiyuanmen avec la Tour du Tambour derrière soi, tournez à gauche juste avant la rue Xiyang. Attention c’est tout petit, nous ne l’avions pas vu tout de suite alors soyez alerte !
Prix :
15 yuan si juste la visite
20 yuan si dégustation de thé

 

S’émerveiller devant la vie du Parc Lianhu

 

Fatigués du brouhaha constant des ruelles… nous cherchions un endroit où nous relaxer en attendant la venue de la nuit pour retourner dans le quartier Hui. Un parc, il nous fallait un parc. Souvent calmes et reposants, ils permettent de recharger les batteries face au gigantisme des villes chinoises mais aussi de dessiner pour Greg ou d’écrire pour moi. C’est parti !

On a sans doute parlé un peu vite pour cette fois-ci. Au fil de notre avancée dans le Parc Lianhu, des danseurs font des pas avec les bras tendus, sur un rythme oriental, juste à côté (tant pis pour le mélange des musiques), des couples enchainent les pas d’une valse lente, tandis que dans le fond, un chanteur s’essaye à l’opéra en plein air avec micro, devant des ateliers pour faire du sports. Sans oublier bien entendu, les joueurs d’échecs chinois sur les bancs, les taishi-man dans l’herbe ou encore les joueurs de badminton et de Tijianzi. Nous restons sans voix, décidément ils n’ont pas fini de nous surprendre ces Chinois. Dans ce « calme » aux multiples musiques, on s’assoit un instant, permettant à Greg de dessiner un peu et à écrire pour ma part.

On vous recommande vivement ce parc aux milles activités. Simplement pour se rendre compte de la joie de vivre de ce peuple et de leur notion de partage (tout le monde se parle, tout le monde est invité à participer). Si vous osez vous incruster, allez-y ! Pour ma part, j’étais à deux doigts, jusqu’au moment où j’ai vu l’ongle long et marron rédhibitoire de l’homme qui me tendait la main (il parait que de se faire pousser l’ongle de l’auriculaire, signifiait à l’époque que nous ne pratiquions pas le travail de la terre. C’était donc un signe social).
Non, mais finalement, Greg est d’accord : regarder c’est bien aussi !

Infos pratiques :
À l’intersection de la rue Maixiang jie et de la rue Lu Xiwu en allant vers le nord.

 

Voir la Grande pagode de l’Oie Sauvage de loin

xian pagode

La grande pagode de Xi’an

Nous ne nous attarderons pas trop sur ce monument là car nous n’y sommes pas restés longtemps. Nous l’avons vu depuis l’extérieur car encore une fois pour des raisons financières, nous n’avons pas souhaité rentrer.

Par contre, le spectacle des fontaines situées devant le parc avec la Grande Pagode de l’Oie Sauvage en fond est plutôt sympa à voir. C’est un spectacle de son et lumière se déroulant tout au long de la journée, par intermittence jusqu’à 21h. Bon, vous vous doutez bien que la lumière n’apparait que le soir venu. Donc nous n’avons eu droit qu’au son et aux danses de l’eau des fontaines. On se croyait un peu dans Fantasia !

Infos pratiques :
Rue Yanta lu
Métro : Xiaozhai
Prix : 50 yuan et 30 yuan supplémentaire si vous souhaitez y monter. Nous n’avons rien fait de tout cela car on trouvait cela beaucoup trop cher, donc nous n’avons fait que la regarder depuis l’extérieur.
Par contre, il y a un spectacle tous les jours de son et lumières sur les fontaines en face de la Grande Pagode. C’est très joli de jour alors de nuit je pense que ça doit valoir le coup. Et devinez quoi ? C’est gratuit !

 

Le parc de la Petite Pagode de l’Oie Sauvage pour se reposer

ecoliers petite pagogde

Ecoliers dans le parc de la petite pagogde de Xi’an

Après l’expérience de la Grande Pagode, nous avons trouvé refuge dans la Petite Pagode (située à côté de notre chambre). Le parc est gratuit mais il faut tout de même un ticket pour entrer. Nous avons lutté pour lui faire comprendre que « Non pas la petite Pagode mais Oui le parc »…
Voir la Petite Pagode de l’Oie Sauvage de près était amplement suffisant et nous recherchions avant tout un endroit au calme pour préparer la suite de notre aventure en Chine (vers le Sichuan). Ce fut l’endroit idéal. Nous y avons même vu des enfants réciter des leçons, vêtus de sorte de kimono ! Trop craquants !

Infos pratique :
Rue Youyi Xilu.
Métro : Nanshaomen
Entrée gratuit pour le parc mais il faut demander un ticket tout de même. Précisez bien que vous ne voulez faire QUE le parc ! Sinon pour entrer dans la Petite Pagode comptez 30 yuan.

 

Admirer les remparts de Xi’an la nuit

 

Dès que nous avions regardé les infos sur la ville, nous avions pour but de monter sur les remparts de Xi’an. Malheureusement nous avons refoulé notre envie car on trouvait cela trop cher : 40 yuan.
Mais d’après une source sûre, il parait que c’est très joli et qu’en haut, on peut louer des vélos pour faire le tour.

Nous nous sommes contentés de les regarder d’en bas et surtout de les admirer une fois la nuit tombée. C’est là qu’ils se parent de leurs multitudes de lumières, imposants un respect certain.

La plus belle porte pour admirer ce spectacle magique est la porte du sud. De là, une allée de pilonnes lumineux met en lumière (c’est le cas de le dire) les remparts leur faisant face.

Nous nous sommes assis quelques instants pour contempler d’un côté, le contraste de cette enfilade lumineuse, et de l’autre : un champs de buildings (illuminés eux aussi), illustrant le reste de la ville avec des chinois pratiquant la gymnastique du soir aux côtés de danseurs avec des plumes.

C’est ça Xi’an : un ensemble de contraste entre immeubles et ruelles mais aussi brouhaha et quiétude.

Infos pratiques :
Porte du sud pour y admirer le contraste entre les immeubles et les remparts
Balade sur les remparts de 8h à 22h30 : 40 yuan.

Ça risque de vous plaire aussi !

4 Commentaires

  • Répondre Laure 23 septembre 2015 à 18 h 19 min

    Super vos articles ! Hyper détaillé et plein d’humour, j’aime beaucoup :)

  • Répondre LadyMilonguera 24 septembre 2015 à 12 h 45 min

    J’ai aussi eu l’occasion de découvrir Xi’an et cette fabuleuse armée au cours d’un séjour en Chine… C’est limite incroyable une telle expression de mégalomanie… Et quand on sait que c’est le même empereur que celui à l’origine de la Grande Muraille…

  • Laisser une réponse

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Partager cet article avec un ami