Chine

Chengdu : la ville des buildings et surtout des pandas

30 septembre 2015

Nous voici arrivés à Chengdu après 17h de train. Cette fois-ci, nous avons choisi le mode « hard sleeper » pour faire le trajet Xi’an vers Chengdu (Si vous êtes curieux de savoir ce qu’a donné notre trajet en mode « hard sleeper », c’est par ici) et il est donc 15h lorsque nous posons le pied par terre.

Chengdu, de la région du Sichuan, est une ville plus « civilisée ». Les automobilistes ne klaxonnent pas tout le temps sans raison et les passants ne nous regardent pas avec des yeux de merlans fris, ou du moins plus furtivement (avec plus de tact). Heureusement, car c’est bien sympa d’être pris pour une star mais ça commençait à devenir pesant d’avoir toujours un regard qui se pose sur nous avec insistance (on a l’impression d’être au zoo, sauf que cette fois : c’est nous qui sommes dans la cage).

La ville de Chengdu a un caractère plus serein, avec des buildings de partout certes, mais le tout très bien aéré. Il s’agit d’une ville davantage de businessmen où la fashion attitude fait loi. Autant vous dire qu’avec nos looks de backpackers, on était au summum DU style ! D’ailleurs pour voir les têtes des Bloup Trotters à Chengdu c’est par là.

Dès nos premiers pas dans Chengdu, Greg s’y sent bien. Il est vrai que même au milieu des buildings et des grands mall, Chengdu parvient à préserver des petits bouts de verdures où l’on peut venir s’y ressourcer. Il y a même un grand fleuve qui passe dans la ville et apporte un peu de fraicheur et du poisson pour le grand plaisir des pêcheurs en haut des berges. Par contre on peut pas avoir un sans faute : qui dit verdure + eau dit bienvenus aux moustiques (prévoyez les produits anti-moustiques car nous, on s’est fait bouffer comme des raviolis).

ATTENTION : pour visionner toutes les images, n’hésitez pas à faire défiler les « sliders », en cliquant sur les petites flèches blanches situées sur le côté de chaque image. Ça se serait dommage d’en perdre une miette !

Flip Flop Lounge Hostel

Le Salon du flipflop lounge hostel !

Le Salon du flipflop lounge hostel !

 

L’auberge de jeunesse que nous avons choisie « Flip flop lounge hostel« , est juste parfaite… On s’y sent immédiatement bien et ça nous donne envie de prendre une 3ème nuit ici alors qu’on n’a même pas encore vu la ville. L’ambiance y est chaleureuse dès notre arrivée avec son billard et baby foot, sa musique européenne en fond et le mobilier qui donne envie de s’effondrer dans les poufs du fond. On a dormi dans un dortoir de 10 lits avec pour seul hic : une salle de bain pour 10. C’est toute une stratégie mais une fois qu’on a compris qui prend la douche ou pas, on s’en sort. Nous étions avec « Tina », une Hongkongaise qui parlait très  bien anglais et d’autres Chinois de tous les horizons. Tina était ravie de nous avoir rencontré car c’était la première fois qu’elle voyait des Français dans sa vie. Pour nous, c’était la première fois qu’on voyait une Hongkongaise habitant au 63ème étage d’un immeuble ! C’était une rencontre très sympathique !

Les plus de l’auberge : les gérants qui parlent anglais, le wifi qui marchent trop bien et surtout le fait qu’elle soit située dans un quartier où règnent les petits restos et bouis-bouis pour manger sur le pouce ou non. Car oui, comme nous sommes dans une grande ville plus « urbanisée », il est plus difficile de trouver à manger n’importe où (tout comme les toilettes). Il faut le savoir car lorsqu’on vient de Pékin ou de Xi’an, on a pris l’habitude de manger n’importe où, n’importe quand et à Chengdu nos ventres ont crié plus d’une fois…

Infos pratiques :
Flip Flop Lounge Hostel
Au n°98 de la rue Dongsheng, Jinjiang, Changdu 610021 Chine. La porte n’est pas très visible mais il y a un poster de tongs !
Prix : 40 yuan par personne pour un lit dans un dortoir de 10 lits. 

 

Et si on allait voir des pandas ?

 

LA véritable raison pour laquelle nous nous sommes rendus à Chengdu (au-delà du fait qu’il s’agisse bien évidemment d’un lieu de transition train-avion-bus etc…) n’est autre que sa Réserve de Pandas située à 45 minutes de la ville.
À peine nous étions arrivés à Flip Flop lounge hostel que nous avons regardé immédiatement les prix pour aller voir ces gros ours blanc et noir ! Après un rapide calcul, nous avons réservé sur le champs en prenant le « pack » de l’Auberge (chauffeur + indications où se trouvent les pandas à voir dans la réserve etc…) pour 130 yuan par personne. Mais si vous avez une carte étudiante allez-y par vous-même car c’est beaucoup plus rentable (on a choisi la facilité cette fois-ci et on aurait pas dû). Une chose est sûre : nous ne partirons pas d’ici sans avoir vu un panda !

Le RDV était à 7h (car les pandas sont plutôt matinaux) et comme il pleuvait pas mal, nous voulions changer la date mais ce n’était plus possible, l’auberge avait déjà réservé pour nous ce jour-là. Tant pis, on espère que les pandas aiment bien l’eau… Alors que le mini-van (imaginez une sorte d’Espace) ne contenait plus qu’une place, notre chauffeur s’est arrêté pour prendre 2 autres touristes. Comment ça rentre ? Pas de problème : il sort de son coffre un petit tabouret qu’il place entre les deux sièges du milieu et hop une 2ème place de libre (quand il y en a plus, il y en a encore).

Chouette alors, à 9h nous étions dans la Réserve de Panda, entourés de bambous et de brume légère mais… PAS de pluie ! On suit notre chauffeur-guide car il semble savoir où il faut se rendre. « T’inquiète on ne te lâchera pas tant que tu ne nous en auras pas montré un » ! La Réserve est immense et les pandas ont beaucoup d’espace. Tant d’espace qu’on n’aperçoit aucune trace de blanc et de noir parmi le vert des bambous.

« OOhhhhhhhhh » (il s’agit de « l’effet panda »). Quiconque a vu ce que nous avons vu, est obligé d’avoir le même réflexe (c’est un langage international. On va voir ce que vous allez faire devant votre ordi en regardant les photos…). Forcément, notre guide nous a emmené devant un groupe de 7 pandas en train de festoyer autour d’un tas de bambous. Comment ne pas craquer ? Même « Kyle » (un Texan habitant au Japon, avec qui nous avions sympathisé dans le bus), n’a pas pu résister. Tandis que certains, plus pudiques, étaient assis et nous tournaient le dos avec leurs petites oreilles noires, 2 gros pandas allongés sur le dos, se goinfraient de tout ce qui se trouvait à proximité de leurs pattes, en nous regardant l’air de dire « Bah quoi ?« .

On ne dirait pas comme ça, mais derrière leurs airs de gourmands feignants, se cachent des athlètes souples et musclés. J’aimerais bien vous y voir vous, suspendus dans le vide entre deux branches ? Les questions qu’on se posent souvent en les regardant sont : 1. Comment a-t-il fait pour monter ? 2. Comment sait-il que les branches ne vont pas casser ?

Ils avaient l’air si gentils et si doux, on ne se lassait pas de les regarder. C’est la première fois qu’on en voyait autant. Sachez d’ailleurs que tous les pandas que vous pouvez voir dans les zoos à travers le monde sont en fait des pandas Chinois qui ont été prêtés par la Chine. Puisqu’il s’agit d’une espèce en voie d’extinction, les Chinois font tout pour les préserver et créer des réserves de pandas, aussi appelées « base de reproduction des pandas« . En même temps, ce n’est pas facile de faire perdurer la lignée lorsqu’on sait que les chaleurs des femelles pandas (« pandette » ça sonne bien non ?) ne durent que 2 ou 3 jours par an et que SI elle a décidé que ce n’était pas le moment, le mâle pourra aller se rhabiller. Le pire c’est que même quand la reproduction fonctionne, vu que c’est un animal chinois, il pratique aussi la politique de l’enfant unique et n’arrivent à mettre au monde qu’un seul petit panda ! On n’est pas rendu !

Puisque Chengdu est une base de reproduction des pandas, on a tout de même eu la chance de voir des bébés pandas tout roses dans des couveuses, mais aussi des un petit peu plus vieux avec leurs poils noirs et blancs tout récent. Une infirmière de la réserve donnait le biberon à l’un d’entre eux….. aaaaaahhhh on en veut un !

Nous avons terminé la visite de la Réserve par les Pandas Roux. Beaucoup plus timides, on en a aperçu que quelques uns. Entre un écureuil et un ours, ça lui donne une tête toute mignonne. Mais attention, il grimpe aux arbres assez rapidement alors ouvrez l’oeil et levez la tête pour être sûr d’en voir un.

Nous ressortons vers 12h de la Réserve avec le sourire aux lèvres et des images de pandas plein la tête. Même si le lever était compliqué, nous sommes heureux d’avoir pu esquiver le flux de touristes qui arrivaient à cette heure-là. Ouf !

Infos pratiques :
Situé en dehors de la ville, il faut prendre obligatoirement un taxi (comptez environ 50 yuan) ou un bus touristique pour s’y rendre.
Durée : comptez 45 minutes environ.
Il vaut mieux y aller tôt le matin car les pandas sont à la fois paresseux et sensibles à la chaleur donc ils ne sortent pas trop après 11h et s’il fait plus de 25°. Ils ont leur petites exigences ! De plus passé 11h, il y a beaucoup trop de touristes.
Entrée : 58 yuan (et 29 yuan pour les étudiants). Comme on l’a vu qu’une fois sur place, on s’est fait avoir car on aurait pu payer moins cher… Tant pis, c’est comme ça !
En effet, pour une fois nous avons opté pour la facilité en prenant le « panda’s Tour » de l’auberge ce qui nous revenait en tout à 130 yuan par personne. L’avantage de cette option c’est que les guides savent directement où aller pour voir les pandas, et on gagne un temps fou ! 

 

Tout petit parmi les Buildings de Chengdu

Les photos du slider sont dans l’ordre d’apparition des explications ci-après.

Après l’expérience des pandas, nous avons décidé d’aller visiter un bout de cette grande ville en partant de notre quartier (la rue Dongsheng) et en flânant vers les grands axes centraux. C’est la que nous avons réellement pris conscience de l’immensité de cette ville de plus de 5,2 millions d’habitants (uniquement en centre ville). On avait souvent la tête levée en l’air car ici, tout est grand.

Ils ont une place à l’image de la place Tian’an men, appelée place « Tianfu » sur laquelle une statue de Mao lève le bras, massive et imposante.

Pour les shopping addict, en sortant du métro « Chunxi road« , l’énorme place piétonne entourée d’enseignes de marques différentes vous ravira certainement. C’est un peu la rue de Rivoli des Chinois de Chengdu.

Et enfin, pour aller jusqu’au bout de notre visite des buildings, nous avons poussé le vice jusqu’à aller voir le plus grand bâtiment au monde, « le Global Center » : 100m de haut, 500m de long et 400m de large, le tout décoré avec le thème « plage et océan ». Alors oui c’est impressionnant de voir jusqu’où les Chinois sont prêts à aller, et oui c’est grand (même très grand) mais non ça ne méritait pas de faire un aller-retour pour voir ça ! Après, si vous aimez les prouesses architecturales… Le mieux serait de le voir depuis un hélicoptère. LÀ, le rendu doit être vraiment impressionnant !

Infos pratiques :
Place Tianfu, Métro : Tianfu Square
Rue pour faire du shopping, Métro : Chunxi road, sortie D
Global Center, Métro : « Ocean Park » (selon le Guide du Routard) ou plutôt « Jincheng Square » (car en réalité « Ocean Park » n’existe pas sur le carte du métro…).

 

Repos dans la verdure du People’s park et du Wenhua Gongyuan

 

À force de voir des buildings de partout, nous avions envie de revoir un peu de verdure et comme Chengdu possède environ une dizaine de parcs en centre ville, nous avons opté pour une ballade dans 2 d’entres eux : le « People’s park » et le parc de « Wenhua Gongyuan« .

Dans les deux, on a le sentiment d’être ailleurs, dans un univers serein et loin de la ville. La végétation est dense et l’on peut voir des joueurs de badminton dans un coin ou encore le retour de la fameuse danse chinoise dans l’autre (cette fois je me suis retenue, je n’y suis pas allée, mais ça me démangeait…). Bref : une bonne bulle d’air.
Puisque nous sommes en Chine, je voulais absolument aller dans une maison de thé (c’est un peu l’endroit pour y aller non ?). Nous nous sommes donc arrêté dans une maison de thé à l’air libre dans le parc du Wenhua Gongyan. Il y en a plusieurs qui se ressemblent, la nôtre pour info portait le nom de « Zhi ji tea house ». Concrètement comme on ne voulait pas payer trop cher, on n’est pas tombé sur les meilleurs. Surtout celui de Greg aux algues étranges. Quant au mien, Greg est certain que si on jette des pâquerettes dans de l’eau chaude on obtient la même chose ! Mis à part le thé, la vue est sympa car elle donne sur un grand lac et on voit les joueurs de mah-jong s’animer derrière leur dominos.

Infos pratiques :
People’s park, Métro : People’s park
Wenhua Gonyuan, Métro : Tonghuimen. Il faut y accéder par le périph. 

 

Après cette pause bucolique, j’ai soudain émis l’idée de me faire une mèche de couleur pour ressembler aux Chinoises d’ici. À Chengdu, la plupart des filles se font des couleurs et osent plein de coiffures étranges. Puisqu’il s’agit d’un an de voyage, pourquoi ne pas tenter des choses que l’on n’oserait pas faire habituellement ? Greg était plutôt enjoué par l’idée jusqu’à ce qu’on passe plus de 3 heures à tenter d’expliquer ce que je voulais à 4 coiffeurs différents. Translator, dessins, mimes etc, tout y est passé sans avoir le résultat souhaité : une mèche de couleur violet pastel c’est pas compliqué pourtant (oui je sais je passe pour une chieuse). Suite au prochain épisode, peut-être que vous me verrez bientôt avec une mèche verte ou rose, qui sait ?

La fin de cette journée s’est terminée par un dîner dans une bicoque avec menu sans image et sans traduction (bien évidemment) mais avec des hôtes très sympathiques. En essayant de déchiffrer les signes chinois et en nous rendant dans la cuisine pour savoir ce qu’on voulait ou non, on a fini par avoir un plat plutôt bon. Ce que c’était ? Du boeuf certainement avec des nouilles, le tout dans un potage délicieux.

Il ne faut pas hésiter à aller dans les ruelles perpendiculaires à la rue Dongcheng car elles sont pleines à craquer de mini-restaurants tels que celui-ci. Après il faut être joueur et oser prendre un plat au pif, vous avez une chance sur deux, à vous de jouer ! Greg a joué et a gagné des abats de porcs… pour ceux que ça intéressent ! En plus, il parait que Chengdu est reconnu comme ayant la meilleure cuisine chinoise (d’après des Chinois qu’on a rencontré) certainement grâce à son célèbre poivre du Sichuan (va falloir être vigilant car ici ça pique !).
La rue Jinli est certainement la plus célèbre pour y préparer ces plats. Nous n’avons pas eu le temps d’y aller mais on vous file tout de même l’info, ça peut servir !

La nuit venue, afin de poursuivre son immersion chinoise, Greg s’est lancé dans la lecture de « Tintin et le lotus bleu » pour la 10ème fois… Quand on aime, on en compte pas ! Si vous n’avez pas l’occasion de partir, n’hésitez pas à lire un bon Tintin, Hergé vous fera voyager à travers son oeil fidèle de dessinateur, parole de Greg !

 

Retrouver les ruelles typiques au temple Wenshu

 

Le lendemain, après une soirée de boulot, nous nous sommes rendus au Temple Wenshu, situé un peu plus au nord du centre ville. On avait peur de retrouver un autre parc similaire à ceux que nous avions déjà vu mais point du tout. Il s’agit certes d’un parc mais aussi d’un lieu culte où les Chinois s’y rendent pour prier. Passé la grande porte (attention à la grande marche sinon on entre plus vite que prévu), bouddha nous regarde derrière une vitre tandis que plus loin, un récipient rempli d’encens est encore tout fumant. En se baladant plus encore dans ce décors spirituel, on découvre une haute tour ornée de plusieurs médailles en forme de bouddha autour de laquelle des touristes et fidèles chinois font le tour dans le sens d’une aiguille d’une montre. Devant, deux énormes statues en forme d’éléphants portant un lotus, gardent la tour. Les Chinois sont très croyants ici et chaque geste est important.

En sortant du temple, à gauche, la ruelle prend la forme d’une reproduction d’un ancien quartier chinois. Nous sommes tout content car ça nous rappelle Pékin, qui a gardé encore ce côté typique de la Chine à certains endroits. Ici, c’est un peu un attrape-touriste mais juste pour le plaisir des yeux, et parce qu’on s’y sent bien, on prend notre temps, on chine… ;)
Nous avons d’ailleurs failli craquer pour un service à thé juste magnifique, dans l’une des boutiques de cette ruelle. Mais le prix nous a vite refroidi (2600 yuan = 370€). Dommage car il était si délicat et raffiné. Pour ceux qui veulent, on vous donne l’adresse dans les infos pratiques ci-après.

En tout cas, cette petite virée au temple Wenshu était tout ce qu’il nous fallait pour appréhender avec sérénité les 8h de bus du lendemain que nous allions prendre à 7h10 pour nous rendre à Kangding.

Le mot de la fin : si vous aimez les grandes villes, les pandas ou encore la bonne nourriture du Sichuan, Chengdu est fait pour vous !

Prochaine étape : en route vers le Tibet.

Infos pratiques :
Métro : Wenshu Monastery.
Accès GRATUIT.
Pour accéder au temple Wenshu, prenez à droite depuis la rue Ren Min Nan Lu et arpentez la ruelle Wenshu Yuan qui va jusqu’au temple. Vers la fin de celle-ci, elle prend des allures d’anciennes villes chinoises.
Malheureusement vous allez certainement voir des gens miséreux. ne vous inquiétez pas, c’est la seule fois où nous en avons vu.
Comme promis : la boutique de services à thé magnifiques est située au n°7 de la ruelle Wenshu yuan. 

Ça risque de vous plaire aussi !

Pas de commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager cet article avec un ami