Brésil

Un bref arrêt dans la mégalopole de Sao Paulo

3 août 2016
sao paulo street art bresil

Tadaaaa… en à peine 5h, nous voici au Brésil ! Après notre soirée bien arrosée à Lima, dans la capitale du Pérou, on a bien cru qu’on allait louper notre avion mais non, heureusement, nous en avons chopé un en vol et nous voici bel et bien sûr le sol brésilien ! Pour l’heure, difficile de se rendre compte des traditions du pays car nous nous trouvons dans la mégalopole de Sao Paulo (avec plus de 11 millions d’habitants), au milieu des buildings et en plein quartier gays (voir infos grisées pour connaitre notre AirBNB). Nous avons profité de notre halte citadine pour visiter un peu la ville mais aussi pour travailler au calme d’un appart lumineux.

Tout ce qu’on peut vous dire c’est que Sao Paulo, c’est grand, et que le portugais… et bien on n’y comprend rien ! Le seul hic (et non des moindres) : la pauvreté très présente dans le centre historique de Sao Paulo, qui est assez déroutante. Heureusement, il existe quelques quartiers sympathiques (Vila Madalena) et même avec de la verdure. Si, si je vous assure !



Dormir dans un AirBNB lumineux à Sao Paulo : Matheus et Renato vous accueillent avec le sourire et la bonde humeur dans leur grand appart lumineux à côté de la rue Augusta. L’appart est vraiment clean et super bien placé avec piscine, sauna et salle de sport dans l’immeuble. On le recommande vivement ! Voici leur lien AirBNB.

 

 

L’avenue Paulista et ses cyclistes

avenida-paulista-sao-paulo

À peine nous sommes sortis de notre AirBNB que nous sommes tombés sur l’Avenue Paulista. Grande avenue citadine entourée de buildings. Jusque là c’est tout ce qu’on peut trouver de plus banal dans une ville. Oui mais sauf que nous étions le week-end et que tous les week-ends, cette avenue se transforme en avenue piétonne. Un peu comme si l’avenue des Champs Élysée était interdite au voiture, vous voyez ? Comme il faisait beau et chaud, on a pu se balader au milieu des cyclistes, artisans ou même chanteurs de rues sur plusieurs mètres. C’est franchement agréable de profiter d’un espace comme ça ! Si vous passez devant, n’hésitez pas à faire un tour dans la « Paroisse Sao Luis Gonzaga » (au n°2378 de l’avenue Paulista) car elle est jolie et très lumineuse de l’intérieur.
On a même assisté à un concert en plein air qui sonnait plutôt pas mal, jugez un peu :

 

 

 

Le centre ville et les monuments de Sao Paulo

Après notre petit instant sur l’Avenue Paulista, nous marchions avec le sourire aux lèvres au milieu de cette ville buildinguée et ensoleillée car finalement le tableau de Sao Paulo n’est pas si laid que ce qu’on nous avait dépeint.

Ça c’était avant d’avoir visité le centre historique… Le phénomène était peut-être accentué à cause du fait que nous étions dimanche et que les rues étaient vides, mais toujours est-il que la présence de SDF est assez impressionnante dans le centre ville de Sao Paulo (il y a même des tentes placées un peu partout). Quelque peu attristés, nous avons tout de même fait le tour des monuments « à voir », qui restent tout de même architecturalement intéressants :

Le Theatro Municipal : inauguré en 1911, il a piqué son look à l’opéra de Paris. L’extérieur comme l’intérieur vaut le déplacement.
La Catedral da Sé : immensément grande, et jolie de l’extérieur avec son allée de palmiers.
La station « Estação da Luz » : cette station de métro vaut le détour car elle ressemble à Big Ben de Londres.
L’Edificio Altino Arantes : le monument phare de Sao Paulo, tout en blanc, qui ressemble à l’Empire State building.
L’Edificio Martinelli : créé en 1929, il était à l’époque reconnu comme le building le plus haut du monde (hormis les Etats-Unis). Je pense qu’il peut aller se rhabiller maintenant ! Le gros plus : on peut monter en haut de l’Edificio Martinelli pour voir la vue à 360° sur Sao Paulo, le tout GRATUITEMENT !



Edificio Martinelli : ouvert du lundi au vendredi de 9h30 à 11h puis de 14h30 à 16h. Le samedi de 9h jusqu’à 11h. Fermé le dimanche.

Vous l’aurez compris, à Sao Paulo on peut faire un tour des monuments du monde miniature :). Et avouez qu’un ticket de métro c’est tout de même bien plus rentable qu’un billet d’avion !

Malheureusement, par manque de temps, nous n’avons pas eu le temps de faire un tour dans le Parc Ibirapuera, considéré comme LE coin de verdure de Sao Paulo pour respirer et y faire du sport. Ni même de nous rendre au marché de Pinheiros pour y trouver des fruits et légumes savoureux. Mais si vous avez le temps, il parait que tous les deux valent le coup.

 

 

 

La Vila Madalena et son quartier mi-bobo, mi-street-art

S’il y a bien un quartier où il faut mettre les pieds, c’est le quartier de « Vila Madalena ». C’est bobo, c’est chico et même parfois vego (quelques restos végétariens) mais dans le fond c’est plutôt jojo ! À Vila Madalena, les maisons sont plus basses, il y a des petits resto et boutiques et même quelques coins de verdure. Selon nous, c’est clairement le quartier le plus agréable de Sao Paulo, surtout dans les alentours de la rue Harmonia. Il parait que la vie nocturne est sympa aussi. Attention par contre, le quartier monte et descend sans cesse.

Vila Madalena est aussi connu pour son street-art, surtout son « Beco do Batman » (Batman Alley). Entre deux montées, on s’amuse à jouer à celui qui en repèrera le plus… Et il y en a un paquet !



Vila Madalena : descendre au métro « Fradique Coutinho » sur la jaune ou « Vila Madalena » sur la verte.
Rues avec street-art : il y en a partout mais il y a deux rues où l’on en voit plus :
la rue « Padre Joao Goncalves » et surtout la ruelle du « Beco do Batman », qui se situe : sur la rue « Harmonia », en partant du cimetière, prenez la 2ème petite rue à droite.

 

 

 

Manger des nouilles au quartier japonais de Liberdade

Tout d’abord, sachez qu’on prononce ce quartier : « liberdadji ». Vous passerez tout de suite mieux que nous dans le décors, car avec notre vieille prononciation à la française, on pouvait tourner longtemps. Matheus et Renato nous avaient orienté vers Liberdade, car tous les dimanches, ce quartier japonais de Sao Paulo organise une feria alimentaire et artisanale. Il ne faut pas être clostro comme Greg car sur peu de mètres, on se croirait vraiment de retour en Asie. Ça grouille de Brésiliens avec des nouilles plein les bras et il faut jouer du coude pour obtenir son jus frais ou son beignet de crevette. Et je ne parle même pas des churros avec dulce de leche… on les attend encore. C’est drôle à voir et finalement, ça fait plaisir de sentir à nouveau les plats asiatiques ! Mmhhhhh

 

 

 

Dévorer une pizza un dimanche soir

Il parait que c’est LA tradition de Sao Paulo. Tous les dimanches soirs, sans doute plus par flemmardise que par réelle tradition, les habitants de Sao Paulo vont à la pizzéria où se commandent une pizza directement chez eux. Puisqu’on est honnête avec vous, on vous dit la vérité : NON, nous n’avons pas pu honorer cette tradition le jour même du dimanche. Mais sachez que nous avons tout de même fait honneur à Sao Paulo en nous goinfrant d’une savoureuse pizza de chez Braz un mardi soir ! Et nous n’avons qu’une seule chose à dire : courrez-y !
Certes ce n’est pas donné, mais la pizza est si fine, les ingrédients si bien choisis et l’huile d’olive si délicate que ce serait bien dommage de ne pas vous y rendre. En plus, on s’y prend pour des princes, car ici ce n’est pas vous qui vous servez, mais le serveur qui vous sert part par part. Elle n’est pas belle la vie ?



Bráz pizzeria : nous avons été à celle de 406, rue Sergipe (Consolação) mais il y a 3 adresses à Sao Paulo. Leur site internet : http://www.brazpizzaria.com.br.
Prix : environ 55 reals la pizza pour 4 personnes et 75 reals la pizza pour 8 personnes.

Sinon, pour manger, la rue Augusta et le quartier Vila Madalena regorgent de petits restos. Quant à la plupart des centres commerciaux, ils possèdent des food-court où il est possible de manger un peu tout et n’importe quoi.

 

Grâce au beau temps, nous n’avons pas trouvé Sao Paulo si moche que ça et pour une petite halte il y a tout de même des choses sympas à y faire. Maintenant que notre instant city est terminée, on part en direction des plages et cocotiers car l’appel de la mer se fait sentir. Tandis que notre bus s’avance vers le petit village coloré de Paraty (voir comment se rendre à Paraty dans les infos pratiques), notre prochaine destination, la végétation devient de plus en plus dense et on aperçoit les côtes avec le sable, les poissons et la mer… aaahhhhh

 

Rien que pour le plaisir, on a enregistré la voix du métro. À la brésilienne bien sûr. C’est par ici :

INFORMATIONS PRATIQUES :


SE RENDRE À PARATY DEPUIS SAO PAULO :
Nous avons opté pour la compagnie de bus « Reunidas ». Pour acheter les billets, on peut soit se rendre directement au terminal des bus « Rovederio Tietiê » de Sao Paulo, au comptoir n°409. Ou tout simplement par internet sur le site : https://foreigners.netviagem.com.br/estrangeiro/reunidaspaulista.html
Il y a des bus tous les jours et l’horaire le moins cher, reste celui de 12h.
Prix : 58 reals par personne. Sur internet, vous payez une taxe de 10 reals par personne supplémentaire.
Durée du trajet : 6h.

Nous avons préféré l’acheter sur internet pour éviter de nous déplacer, car c’est bien pratique. Par contre, il faut se rendre sur place pour retirer vos tickets.

Ps : le terminal des bus de « Rovederio Tietiê », se trouve juste en face de la station de métro « Portuguesa-Tietiê » (sur la ligne bleue foncée).


 

Ça risque de vous plaire aussi !

1 commentaire

  • Répondre Sebou 3 août 2016 à 17 h 04 min

    Pout !
    Y a un serveur de parts de pizza par table ? Oo
    Il impose le rythme ?
    J’imagine le serveur qui doit gérer les parts de plusieurs tables et qui les enfournent de force pour garder le tempo ^^

  • Laisser une réponse

    Partager cet article avec un ami